BD

20th Century Boys






Éditeur : Panini Comics
Tomes 1 à 22.
Au Japon, en 1969, une bande d´enfants se réunit régulièrement dans sa base secrète, pour éviter les coups des pires jumeaux que la Terre ait portés, mais aussi pour se raconter des histoires qui font peur, des histoires de prédiction d'apocalypse, de robots géants qui massacrent tout le monde, etc...
Au Japon, en 1997, les copains ont bien grandi et mènent des vies banales...jusqu'au jour où une secte mystérieuse fait son apparition, reprenant le logo du groupe de copains et semblant vouloir réaliser les prédictions puériles et atroces.
Promis, juré, craché, vous allez aimer Kenji, vous allez adorer Otcho, vous allez pleurer Donkey, vous allez vouloir protéger Yoshitsune, et vous allez vouloir intégrer Yukiji à la bande. Ce manga est plein de suspense, d'angoisse, de peur, de larmes, de joie, d'espoir. Lisez le tome 1 et si vous n'attrapez pas le virus, c'est que vous êtes un robot.

L'Arabe du futur

L'Arabe du futur
Riad Sattouf
Éditions Allary, 2014


Le petit Riad, né en 1978, est le fils d'une maman bretonne et d'un père Syrien venu étudier à la Sorbonne.
Ce ne sont pas ses souvenirs de la Bretagne que Riad Sattouf a décidé de nous raconter mais ses années passées en Libye puis en Syrie alors qu'il est un tout petit garçon, au début des années 80.
Même si ce qu'il raconte est parfois très dur, Riad Sattouf parvient à transmettre avec légèreté ses expériences d'enfant ballotté entre deux cultures. Son trait participe aussi à adoucir le propos car certains épisodes, dessinés de façon réaliste, auraient pu être insoutenables...
Ce premier tome est à suivre et donne vraiment envie de connaître la suite, notamment pour tenter de comprendre cet être mystérieux que semble être son père. On ne sait pas si les souvenirs de l'enfant sont farfelus mais c'est un personnage psychologiquement difficile à cerner dont il brosse le portrait...
En tout cas, la lecture de cet album est très agréable du début à la fin. Pour ceux qui ont aimé "Persépolis" de Marjane Satrapi, allez acheter "L'Arabe du futur" car c'est dans la même veine et de même qualité.

 

Les bonnes manières

Auteur : Taro Gomi
Éditeur : autrement, 2013
À partir de 6-7 ans



Ne vous fiez pas à la 1ère impression et plongez dans cet album. C'est vrai, au 1er abord, on croit qu'il s'agit d'un barbant manuel de savoir-vivre alors que ce n'est pas ça du tout : Taro Gomi nous refile des tuyaux pour améliorer le quotidien, ce sont sans doute les leçons qu'il a dû tirer de sa vie et qui sont les conseils d'un type à la fois Sage et rigolo. Du coup, il y a de la philosophie dans ces manières-là, par exemple dans la "bonne manière d'élever un chien" et la "bonne manière d'élever un chat", il y a aussi un peu de politique (voir "la bonne manière de faire des emplettes", monsieur Gomi doit être un adepte de la décroissance) et il y a aussi une bonne grosse dose d'absurde, ce qui ne gâte rien.
Alors, faites fi du dessin un peu (beaucoup) simpliste et régalez-vous ; cet album donne envie d'y rajouter des pages pour que chacun participe et note son conseil avisé.

Batman, La cour des Hiboux, tome 1

Auteur : Scott Snyder
Dessinateur : Greg Capullo
Éditeur : Urban Comics
Date de parution : mai 2012
Pour public adolescent et adulte



"Gare à la cour des hiboux qui, d'en haut, scrute Gotham,
Au tribunal des chouettes qui sait tout de nos âmes,
Car par-delà les murs, il entend chaque mot,
Gare à son bras armé, son émissaire, dont le nom est l'ergot."

À Gotham, personne ne croit à la légende de cette comptine, sauf peut-être quelques enfants...comme autrefois le jeune Bruce Wayne a voulu y croire : en cherchant une explication à la mort de ses parents, il a songé à un complot des Hiboux. Mais il avait alors enquêté et dû bien vite se rendre à l'évidence, il ne s'agissait pas d'un complot. La mort de ses parents était le fruit du hasard, elle n'avait pas de signification, et n'appelait pas une vengeance de sa part. 
Pourtant, bien des années plus tard, lorsqu'un ennemi déguisé en hibou l'attaque en formulant deux phrases "La cour des Hiboux te condamne à mort" et "J'adore tuer les Wayne", Bruce alias Batman va devoir se repencher sur cette petite comptine...
Un superbe album où l'on découvre que l'animal le plus sombre de Gotham n'est pas la chauve-souris mais bel et bien le hibou...brrrr...certaines pages m'ont fait me demander pourquoi cet animal était dans mon top 3 des animaux préférés. 
En tout cas, bravo aux auteurs et merci au Boss !

Silas Corey, tomes 1 et 2

Scénario : Fabien Nury
Dessin : Pierre Alary
Éditeur : Glénat
Janvier et mars 2013
Pour tous les lecteurs de BD

 

Ces deux tomes forment une histoire complète, intitulée Le Réseau Aquila, dont le héros, Silas Corey, est un détective gentleman pour le moins attachant et efficace.
Nous sommes en 1917, la guerre fait rage et fait beaucoup trop de morts...alors certains oublient l'amour de la patrie pour avoir la paix, à tout prix... Georges Clémenceau va faire appel au héros pour l'éclairer sur les idées de certains notables prêts à vendre leur âme au diable pour obtenir cette paix.
Ces deux albums forment un divertissement parfait. L'histoire, les personnages, le dessin, la mise en couleur,...tout est chiadé. Il y a, en plus, de ces petits détails qui changent tout : le héros est certes flamboyant et charmeur, mais il ne serait rien sans son copain Nam qui se montre parfois plus perspicace et psychologue que le héros.
En plus, la fin du 2ème tome est très belle car elle n'est pas manichéenne, elle remet les idées en place...il n'y a pas les gentils français et les méchants allemands, mais deux camps qui s'affrontent sans l'avoir décidé.
Une belle réussite !



Millenium, tome 1

Scénario : Runberg, d'après Stieg Larsson
Dessin : José Homs
Editeur : Dupuis



Les adaptations du 1er roman de la trilogie de S. Larsson, je les connais toutes, en série, en film (avec Daniel Craig), et autant dire que l'histoire, je la connais bien... A priori, donc, pas besoin de lire cette bande dessinée qui ne pouvait pas m'apporter grand´chose (me disais-je bêtement)...grossière erreur car cet album est magnifique. Bien entendu, pour ceux qui connaissent l'histoire de ce vieux monsieur qui demande à un journaliste très célèbre d'enquêter sur la disparition (pas récente) de sa nièce, pas de surprise au niveau du scénario : Runberg a parfaitement adapté l'histoire au format BD, ça coule de source, c'est impeccable. Et, même sans surprise, c'est un régal grâce au dessin de José Homs, bravo ! Les personnages ont des têtes fabuleuses (Martin ressemble un peu à DSK, non ?), les décors sont sublimes, les découpages super chiadés. Je piaffe déjà d'impatience pour la suite, j'aurais adoré un seul gros album de 120 pages. J'attendrai.

S.O.S. argent de poche !

Auteur : Gép
Illustratrice : Edith Chambon
Editeur : Mouck
Collection : Graine d'Ados
Date de parution : 10 mai 2013
A partir de 9 ans



Graines d'ados est une collection très sympa de romans graphiques pour les pré-ados. On y retrouve toutes les préoccupations des collégiens comme les premières histoires d'amour, les portables, Internet mais aussi le sujet hyper sensible de l'argent de poche qui est le thème central de ce livre.
Sonia et ses copines en ont assez d'avoir si peu d'argent de poche. Comment faire pour gagner son propre argent pour pouvoir le dépenser comme elles le veulent?
Les filles trouvent facilement un moyen d'arrondir leur cagnotte du mois mais les choses ne sont pas si simples...
J'ai bien aimé l'histoire de ce petit roman. A ce moment de leur vie, les ados font souvent preuve de pas mal d'égocentrisme mais Sonia arrive finalement à se détacher de ses projets initiaux pour revenir à des souhaits plus simples.
J'ai trouvé que les illustrations simples et modernes collaient parfaitement au thème.
Bref, une belle réussite des éditions Mouck.

La famille Passiflore. La chorale

Auteur : Loïc Jouannigot
Editeur : Dargaud
Date de parution : mai 2013



 C'est un album court (32 pages), peu bavard, très joliment illustré, et dont les bulles sont suffisamment grandes pour être très lisibles. En gros, le parfait album pour commencer l'apprentissage de la lecture d'une BD. Je dis "apprentissage" car j'entends souvent des adultes dire "je ne sais pas lire les BD" ! Ça semble absurde, au premier abord...si on sait lire, on peut tout lire...mais s'ils sont si nombreux à le dire, c'est bien que ça existe. Et ces adultes étaient simplement des enfants qui ne lisaient que des romans. Ils n'ont pas appris la "gymnastique" (du regard) qui consiste à lire les bulles de façon cohérente tout en s'imprégnant de l'illustration de la case.
C'est pour ça, aussi, que je recommande cet album aux enfants dès qu'ils savent lire.
L'histoire est simple : la petite Pirouette va faire une sorte de casting pour devenir la choriste de son chanteur préféré. Ses frères l'accompagnent et font la connaissance d'Alberto en attendant leur soeur. Même si elle adore chanter, Pirouette n'est pas à la fête avec Mme Louna, celle qui recrute...
En plus d'être un chouette album, sa lecture est l'occasion de réviser nos classiques en retrouvant les mélodies de nos comptines enfantines. La vignette collée sur la couverture ne ment pas : "un album à lire et à chanter"...mon fils de 4 ans et demi adore ! 

Le client

Auteurs : Zidrou et Man
Editeur : Dargaud, 2013.
à partir de 12 ans.



Comme le suggère la couverture en nous montrant une jeune femme de dos, assise à côté du titre écrit comme une enseigne rose, le client dont il s'agit est bien un client de prostituées. Pourtant, cet album n'est pas une BD "pour adultes", il parle d'amour et non de sexe tarifé. 
Car, oui, le client en question va tomber amoureux de celle qui lui vend ce service...mais nous sommes loin du scénario de Pretty Woman. Le client, ici, n'est pas un riche homme d'affaires sûr de lui, plutôt un malingre bonhomme à lunettes à qui cet amour va donner des ailes...lui qui, enfant, n'osait pas traverser le champ du taureau Osborne, va, adulte, défier le gros mafieux qui fait commerce de jeunes filles fragiles.
L'histoire d'amour est donc également un polar agrémenté d'un mini road-movie de 20 pages. Une belle BD, une bonne histoire. À lire comme on regarde un bon film du dimanche soir. 
 

Le Loup des Mers

Auteur : Riff Reb´s
Éditeur : Noctambule
Parution : octobre 2012
À partir de 12 ans.

Je ne sais pas trop quels mots utiliser pour convaincre TOUT le MONDE de lire cet album incroyable. C'est une adaptation libre d'un roman de Jack London, que je n'ai pas lu, que je lirai sans doute pour continuer à profiter de la présence de Loup Larsen...
Pourtant, ce n'est pas un tendre, ce personnage, un capitaine de bateau qui fout les jetons, même ! Mais quel personnage ! Lorsqu'il apparaît pour la première fois dans l'album, penché en avant, les crocs serrés sur son cigarillo et les yeux blancs, comme révulsés, il fait peur, oui, on croit qu'on ne va pas l'aimer, jamais. D'autant plus que le gentil narrateur est propre sur lui, poli, civilisé. Alors on est avec lui, ce pauvre Humphrey repêché après le naufrage de son embarcation et qui déchante très rapidement après la courte joie d'avoir été sauvé ! Un "gentleman" parmi des "primitifs", voilà comment il se sent et on se demande bien à quelle sauce il va être mangé...
Au début, Riff Reb´s met face à face un malingre homme de lettres et un puissant animal féroce. Et le coup de génie de l'album sera de les faire se rapprocher, par dichotomie...dès le tiers de l'album, Loup annonce "croire en la poésie" et, quelques pages après, Humph tient un couteau sur la gorge d'un homme... C'était s'adapter ou mourir...
Je ne raconterai plus rien, courez l'acheter, c'est un livre si beau qu'il est interdit de passer à côté. Les dessins si maîtrisés, si habiles, les découpages, les idées de mise en scène, tout concourt à cette ambiance angoissante et excitante à la fois.
Je terminerai avec une requête pour Riff Reb´s : si vous avez dans un tiroir un croquis représentant le frérot tel que vous l'imaginez, envoyez le moi par la Poste ! S'il te plaît, monsieur, dessine moi un Larsen-la-Mort !!!
 

D'air pur et d'eau fraiche

Scénario et dessin : Péro
Éditeur : La boite à bulles
Collection : Contre-jour
Date de parution : juin 2012


dair_pur_et_deau_frache


Joshua, ses parents et sa petite soeur vivent en pleine montagne, isolés de tout. Son père, trappeur ivrogne et adepte des bordels et des saloons règne sur sa famille par la violence. Un jour, des indiens attaquent la maison et massacrent la famille. Joshua se retrouve seul, orphelin, livré à lui même dans cette nature impitoyable. Avec pour seul objectif d'essayer de rester en vie, il va devoir se battre contre le sort qui s'acharne sur lui comme si tout le reste ne suffisait pas.
D'air pur et d'eau fraîche est le premier ouvrage de Péro en tant qu'auteur complet et pourtant il fait preuve d'une insolente "maîtrise graphique et narrative" comme le dit l'éditeur.
J'ai beaucoup aimé ce western muet, le va et vient incessant entre sauvagerie et civilisation et le cynisme qui associé au ton décalé rend l'ensemble puissant et élégant.


T.M.L.P. Ta mère la pute

Auteur : Gilles Rochier
Editeur : 6 pieds sous terre (Monotrème)
Date de parution : février 2011


tmlp

C'est l'histoire d'une bande de jeunes.

"Nous à la base on n'est pas des méchants, ni des dangereux, tout juste des branleurs, des fumistes comme disaient nos profs, mais pas des mômes méchants".

Des gosses avec des pompes usées jusqu'à la mort et les fringues trop grandes de leurs frères sur le dos. Des gosses désœuvrés qui se traînent, coincés entre les immeubles d'une cité dans les années 70, des immeubles avec des noms de poètes qu'ils ne liront jamais et qui pour passer le temps, s'amusent comme ils le peuvent.
Un quotidien rythmé par des parties de foot, des blagues foireuses, des embrouilles et de la castagne. Et puis, ce secret que ces mômes partagent mais dont personne ne parle...certains soirs de fin de mois, des mères descendent à l'arrêt de bus faire la pute.
Un quotidien amer, bercé par la misère et la pauvreté jusqu'au jour où à cause d'une cassette, de ces cassettes un peu pourrie où chacun a enregistré son morceau favori, une sorte de trésor, un mélange de funk, reggae, rai, hip hop, "un vrai bordel auditif, un vrai bonheur", une parole fuse et la violence éclate.
Le trait de Gilles Rochier (prix de la révélation du dernier festival d'angouleme) n'est pas forcément très élégant, ni même très léché, c'est un trait rugueux, écorché, salement efficace pour servir cette histoire sombre, violente emprunte de dureté et matinée d'une pointe de nostalgie.

Gringos Locos

Dessins : Olivier Schwartz
Scénario : Yann
Couleurs : Fabien Alquier
Editeur : Dupuis
Date de parution : mai 2012


los_gringos

Présentation de l'éditeur :
1948 ; craignant la troisième guerre mondiale pour les uns, alléchés par l'Eldorado américain pour les autres, une poignée de belges fuient la vieille Europe pour tenter de conquérir la patrie de Walt Disney... De Bruxelles à Tijuana, Yann et Schwartz nous racontent la truculente épopée d'un trio de dessinateurs : Jijé, Franquin et Morris ; ces joyeux et picaresques hurluberlus qui, à leur retour, vont pourtant inventer ce qui deviendra dans le journal Spirou, la bande dessinée franco-belge moderne !

Claire :
Je me suis facilement laissée embarquer à bord de la Ford Hudson pour cette traversée un peu branque en compagnie de ces trois auteurs de bande dessinée. Une sorte de road-movie bricolé, truculent où on partage les petits malheurs de cette joyeuse bande. Jijé, un tantinet paternaliste avec ses deux collègues et carrément excessif, Morris, buveur et amateur de jolies pépées et enfin Franquin sacrément beau gosse (aargh! Pourquoi je ne suis pas née en 24 moi?!) mais que l'on devine déjà un brin tourmenté par ses idées noires...
J'les ai trouvé fich'trement chouettes moi ces Gringos Locos, certes, parfois un peu ridicules, parfois un peu caricaturaux mais furieusement sympathiques et bougrement attachants. Et puis, le trait d'Olivier Schwartz, ma foi, est un bien bel hommage à ces trois génies de la bande dessinée. Alors j'attends avec impatience le tome 2 où devrait apparaître un autre gars pas très doué lui non plus pour la bande dessinée... René Goscinny.

Marlène :
oui, d'accord, ils sont fort sympathiques, ces trois gringos et oui, en effet, le dessin de Schwartz est parfait, vraiment vraiment chiadé....mais il y a un MAIS. En vérité, je suis sortie de cet album avec un sentiment : la FRUSTRATION ! C'est un peu de ma faute, je l'avoue...j'ai ouvert cette BD avec délice en m'imaginant que je connaitrais davantage Franquin (que je vénère depuis mon enfance), Morris et Jijé en la refermant...et ben, non. J'ai eu l'impression de lire un épisode des Pieds Nickelés avec des PERSONNAGES pas du tout réalistes et pas le récit du voyage de ces vrais gens que j'aurais voulu découvrir. Dans mon entourage très proche, on me rétorque ''mais c'est à suivre, c'est pour ça que tu es frustrée''. Certainement un peu ; mais si le récit du tome 2 reste aussi anecdotique et ne rentre pas en profondeur, ce sera la même chose. En fait, je pense que j'aurais aimé une BD de 500 pages (il faut appeler ça ''roman graphique'', hein ?) qui aurait pris le temps de s'intéresser à ses héros : Yann m'aurait davantage parlé de Jijé, de ce qui le pousse à partir, davantage parlé de sa femme qui accepte de trimbaler tout son petit monde pour le suivre, il aurait tenté de m'expliquer le rapport de Jijé avec ses compères, etc....Quitte à inventer des trucs, peu importe, mais j'aurais voulu qu'il se dégage un semblant de ''psychologie des personnages'' pour que la lecture soit plus ''fluide'', moins décousue. Ça marche un peu pour Franquin qu'on sent angoissé, peu sûr de lui...mais Jijé et Morris m'échappent totalement, je ne sais pas mieux qui ils sont après ce tome 1...et ça m'agace.

M'enfin....j'achèterai quand même le tome 2 !





GRUMF - La 1ère BD biodégradée


Auteur : Philippe Renaut
Illustrateur : David Barou
Editeur : La boite à bulles
Collection : Enfin Libre
Date de parution : Mars 2012

Grumf

Au début, ça n'a l'air de rien. Un système boursier au bord de l'implosion, une pollution massive et inexorablement exponentielle (démente quoi...), des ressources naturelles quasi épuisées, bref c'est bien notre monde, dans toute son absurdité. Et puis tout d'un coup, et c'est là que la fiction commence : les hommes s'entendent pour effectuer un "fabuleux retour à la terre". Oui c'est une caricature, mais ce retour à la raison dans les domaines de la politique, du social, de l'environnement, de l'économie, force le lecteur à se positionner et à prendre partie. Et si cela devait arriver...quel citoyen serais-je et quel militant serais-je?
J'ai beaucoup aimé cette BD. J'ai trouvé ça drôle, intélligent et différent, bravo !

Pour en savoir plus sur le duo Enfin libre : http://enfinlibre.free.fr/

Edités par La Boite à bulles et également chroniqués sur notre site : Kaboul Disco et L'Empereur nous fait marcher
A lire sur le même thème : Sur la piste de la Biodiversité , Quand nous aurons mangé la planète , Le petit monde merveilleux


Doomboy


Auteur  : Sandoval
Éditeur : Paquet
Collection : Calamar
Date de parution : Sept 2011



Doomboy


Doomboy c'est l'histoire d'un ado pas tellement intéressant... Pour lui parler il faut soit traîner dans les salles de répet' de son quartier, soit traîner dans les salles de concerts. Notre jeune chevelu joue lui aussi, tout seul, à la fois pour personne et pour tout, pour elle. Avec un vieil émetteur radio, il joue ses morceaux en live et squatte les ondes en pirate anonyme.
Ce qu'il ne sait pas, c'est que toute la ville le capte, l'entend, l'écoute et l'attend. Il devient vite une star, une légende urbaine, celui qui fait pleurer et hurler sa guitare. Et ce qui devait arriver arrive fatalement, un enregistrement de sa musique circule...
Tout m'a plu dans cette BD, son ambiance, sa poésie, ses personnages, et bien sûr la musique qui est partout, à chaque page, dans le vent, dans les vagues, dans les nuages. J'aime l'idée que tout comme l'eau, la musique trouve toujours un moyen pour se faufiler et être écoutée, quitte à faire quelques dégâts...

Bande-Son :  Leonard Cohen - Everybody Knows

Kaboul Disco


Auteur : Nicolas Wild
Éditeur : La boite à bulles
Date de parution : 2008
A partir de 15 ans


Kaboul_Disco

Nicolas Wild, dedessinateur de BD un peu SDF ou SBF c'est au choix, attend désespérément un projet ambitieux et motivant.
Le miracle se produit enfin : on lui propose dans un premier temps de créer une adaptation BD de la constitution afghane. Devenir un observateur privilégié de la reconstruction de ce pays tout juste sorti de la guerre, est ce suffisamment ambitieux et motivant? Évidemment ! Même si le poste est à Kaboul.
Moi qui suis assez insensible au format BD, j'ai adoré Kaboul Disco.
J'ai aimé le regard ironique et l'humour avec lequel l'auteur chronique la vie de ce petit groupe d'expat'.
Le ton et le rythme m'ont rappelé cette nouvelle série "Bref".
Le tome 2 de Kaboul Disco est sorti en 2008 et j'ai vraiment hâte de retrouver cette fine équipe !
Bref, lisez Kaboul Disco (Comment je ne me suis pas fait kidnapper en Afghanistan).

  

Nino


Auteur : Eric Wantiez
Illustratrice : Marie Deschamps
Éditeur : Scutella Éditions
Date de parution : 2011
A partir de 7 ans



Nino


Nino c'est l'histoire d'une rencontre entre une jeune fille de la ville et un acrobate équilibriste fil-de-feriste. Leur gentille idylle est très vite malmenée par la question qui tue : lequel des deux va sacrifier son mode de vie pour rester auprès de l'autre ? Côté ville, ils bénéficient des précieux conseils du pote écureuil; Côté chapiteau, de ceux du lion. Une jolie histoire, toute simple, pleine d'émotion et de finesse. L'éditeur qualifie ce livre de "roman graphique et cinématographique" et cette appellation lui va comme un gant. Le résultat est très réussi.
Eric Wantiez est originaire de Mazingarbe dans le 62...on doit être quelques dizaines à savoir à quoi ce bled ressemble !
Autre titre édité par Scutella Editions et chroniqué sur notre site : Fleur de géant.
 

Sous l'eau, l'obscurité


Auteur / Illustrateur : Yoon-sun Park
Éditeur : Sarbacane
Date de parution : 2011
BD à partir de 10 ans



Sous_leau_lobscurit


Yoon-sun Park est née en 1980 à Séoul. Sa première BD a été publiée en Corée en 2008. Elle habite à présent en France, à Angoulême. Dans "Sous l'eau, l'obscurité", elle braque un projecteur sur la Corée des année 80 définie par une pression sociale associée au culte de la réussite et de la compétition des parents. Min-Sun, 8 ans, et sa soeur aînée subissent elles aussi cet état d'esprit et enchaînent sans répit les enseignements  extra-scolaires dont celui de natation, le plus flippant. Contrairement à sa soeur, Min-Sun ne trouve pas sa place dans cette société et va chercher un moyen de s'en libérer.
J'avais peur d'être rapidement lassée par les illustrations en bi-chromie mais pas du tout. Associées à un scénario intelligent, elles donnent à cette BD un ton résolument moderne. Une belle réussite.

Paracuellos

Paracuellos
Auteur : Carlos Giménez
Editeur : Fluide glacial
Date de publication : 2009
Bande dessinée





paracuellos




Comme nous le rappelle Gotlib dans la préface : Carlos Giménez a grandi en Espagne sous le règne d'un vieux général qui, malgré le ridicule du pompon qui ornait son chapeau, était loin d'être un type désopilant.
Carlos Giménez a été placé à l'âge de 6 ans et ce durant huit longues années dans un centre de l'assistance publique espagnole où l'on éduquait les mômes à grands coups (et ici il ne s'agit pas que d'une figure de style) d'instructions militaires et religieuses.
De ses souvenirs douloureux, faits de brimades et de sévices, Carlos Giménez livre un récit émouvant, poignant, teinté d'humour (très) noir.
On rit, on pleure, on morfle... un chef d'oeuvre à la lecture duquel on ne sort pas plus indemne que son mouchoir.

Rebetiko (la mauvaise herbe)

Rébétiko (la mauvaise herbe)
Auteur : David Prudhomme
Editeur : Futuropolis
Date de publication : 2009
Bande dessinée


Rebetiko(la Mauvaise Herbe)

C'est dans les bas-fonds du Pyrée des années 30 que nous entraîne David Prudhomme, là où résonne le rébétiko, cette musique populaire, sociale, contestataire née au XIXe siècle qui chante la douleur de l'exil, la mélancolie, les nuits de débauche et les femmes. Du blues mâtiné aux accents des bouzoukis et des baglamas, joué par des marginaux déracinés, frères d'infortune : les rebètes. Mais sous la dictature du général Metaxas ces traines savates chantants dérangeaient.
Un album magistral.
Et n'en déplaise aux dictateurs rabats joies mais on y goûte avec délice au charme vénéneux de ces cloaques malfamés, on s'y étourdit, on s'y enivre à l'envie en compagnie de ces maestri, ces canailles virtuoses, charmeurs, buveurs, fumeurs de haschich, voyous libertaires avides de tous les plaisirs, des artistes prêts à se damner (et nous avec) pour quelques cordes pincées sur un bouzouki... et ce jusqu'au bout de la nuit.

Les Ignorants. Récit d'une initiation croisée

Auteur : Etienne Davodeau
Editeur : Futuropolis
Date de parution : 2011


lesignorants
Voilà une bande dessinée d’Etienne Davodeau qui donne envie de lire des BD en buvant du vin !
E.Davodeau s’est improvisé viticulteur pendant un an sur le domaine de son ami Richard Leroy qui, de son côté, a été initié à la BD (pas en dessinant des planches mais en lisant des albums !). De cette double initiation est né cet album en noir et blanc où le jargon spécifique au monde du vin est toujours expliqué (Davodeau a bien réussi à vulgariser : il explique ce qui est nécessaire et tait ce qui est trop compliqué), et où un profane de la BD donne son avis brut (sans prendre de gants) sur les albums et les auteurs. L’occasion pour les deux amis de faire aussi de belles rencontres autour de verres et de livres.
On sent la passion de chacun pour son Art et la narration de Davodeau la transmet au lecteur. Comme R.Leroy n’a pas aimé « Approximativement » de Lewis Trondheim (parce que cet album autobiographique ne lui raconte pas vraiment une histoire), je ne suis pas certaine qu’il apprécie ce livre dont il est le héros…quant à moi, j’ai adoré me promener dans ses vignes et dans les presque 300 pages de cet album.

Au pays de la mémoire blanche

Auteur : Carl Norac
Illustrateur : Stéphane Poulin
Editeur : Sarbacane
Date de parution : 2ème semestre 2011
Pour adulte

paysmemoireblanche

Au pays de la mémoire blanche, c’est à l’intérieur de la tête de ce personnage (celui en couverture), le héros, le narrateur, qui se réveille couvert de pansements mais dépourvu de souvenir. On lui raconte qu’il a échappé à la mort dans un attentat perpétré par les terroristes chats, on lui donne la clé de chez lui, quelques sous et on le « libère » de l’hôpital puisqu’il ne se souvient de rien…il ne peut donc rien révéler à la police.
Maintenant, il va devoir se reconstruire sur du vide, du BLANC, mais pas facile…. Parce que son pays n’est pas que celui de la mémoire blanche, c’est un pays de haine, de conflits, de racisme (chiens VS chats), de pièges à éviter, de peur, de solitude. QUI pourra l’aider ? Lui raconter quelque chose sur son passé ? Qui est cette Licorne qui lui offre sa lumière ? Est-il investi d’une mission de libération ? Lui qui est chien semble pourtant attiré par ces chats rebelles qui dessinent des graffitis sur les murs avant de mourir fusillés…
Le texte est beau comme un poème, les illustrations sont splendides et puissantes. Dès qu’on l’a achevé, on a envie de se replonger dans cet album pour tenter de mieux saisir les zones d’ombre, les métaphores et mieux appréhender les indices parsemés dans le texte et les peintures…
« Moi, sans savoir pourquoi, j’ai la conviction que je ne ferais pas de mal à une mouche. Et que je pourrais flinguer celui qui dit le contraire. » dit le héros à son réveil, au tout début de l’album. Au fond, il en sait déjà beaucoup sur lui-même.

Magasin général t.7

Auteur : Loisel et Tripp
Illustrateur : Loisel et Tripp
Editeur : Casterman
Date de parution : 2011
Age : De 7 à 107 ans


magasin_general

Ah ! Quel bonheur de retrouver les gens de Notre-Dame-des-Lacs ! Un coup de foudre pour ce village du Québec dès le premier tome... Coup de cœur pour la douce veuve Marie à qui l'on souhaite de se ''dévergonder'' encore et encore, n'en déplaise aux trois sœurs Gladu, et n'en déplaise au narrateur de l'histoire, le défunt époux de Marie...
Coup de cœur pour Serge, l'homme idéal venu de la ville et qui sait réunir les villageois autour d'une table conviviale.
Chaque habitant a un talent, une qualité particulière ou une fonction précise, et le mélange de toutes ces personnalités crée une harmonie devant laquelle on ne peut que se dire ''je voudrais vivre parmi eux''.
Des albums à avoir absolument dans sa bibliothèque pour les lire et les relire.

Je hais les vacances


Auteur : Jean-Marc Mathis
Editeur : Editions Thierry Magnier
Date de parution : janvier 2006
Age : à partir de 6 ans


je_hais_les_vacances


Par un beau matin d'été, Sacha est réveillé par sa mère pour partir en vacances. Il embarque donc dans la voiture avec sa soeur Jacqueline et leur fidèle toutou nommé Tobi. Puis, Morphée aidant le doux vrombissement du moteur, Sacha s'endort. Mais à son réveil, un drame a eu lieu: ses parents ont lâchement abandonné Tobi en prétextant avoir voulu lui rendre sa liberté. S'ensuit alors un enchaînement de stratagèmes pour récupérer Tobi.
Amis de la SPA s'abstenir... Non je plaisante car dans cette petite bande-dessinée à l'humour caustique, les choses ne sont pas toujours ce qu'elles semblent.

100 jours en enfer


Auteur : R.Muchamore et I.Edginton
Illustrateur : John Aggs
Editeur : Casterman
Date de parution : Avril 2012
Age : De 10 à 110 ans

100_jours_en_enfer

Cette BD est l'adaptation du tome 1 d'une série de romans de Robert Muchamore. Sans avoir lu le roman, il semble que cette BD de 176 pages raconte l'essentiel avec précision : le jeune James Choke vit avec sa mère et sa petite soeur Lauren (qui est, en fait, sa demi-soeur). La mère meurt très vite et James se retrouve séparé de Lauren qui, elle, a un père... Difficile d'imaginer une situation plus désespérante pour cet ado mais, au lieu de tomber dans le piège de la délinquance, il est recruté par une organisation du nom de CHERUB qui forme de très jeunes agents secrets. James est retenu, formé, et ce tome raconte sa 1ère mission : infiltration dans un groupe éco-terroriste pour déjouer un attentat contre Petrocon...
Malgré un dessin très particulier (anatomie très approximative), on rentre dans l'histoire, on s'attache au héros et on se réjouit qu'il comprenne seul que les méchants désignés ne soient pas les vrais mauvais de l'histoire... À suivre...

Trois Ombres


Auteur : Cyril Pedrosa
Editeur : Delcourt
Date de parution : 2007
Age : Tous

trois_ombres

Ouh la la ! Comment ai-je pu laisser passer cet album à sa sortie ? Cette oeuvre-là pourtant est vraiment incontournable. Poétique, poignante, comment dire mieux ? Je ne trouverai pas de mot pour qualifier ce chef-d'oeuvre. Cette petite famille de trois individus, on l'aime tout de suite, ils semblent avoir le don pour le bonheur. Dans leur maison à la campagne, la vie est belle.
Mais comme la vie est injuste, ça ne va pas durer...Et comme on ne peut pas faire face aux trop grosses injustices de la vie, on peut toujours tenter de les fuir...

Merci à Cyril Pedrosa d'avoir raconté cette histoire, de l'avoir dessinée exactement comme ça. Tout est parfait, rien ne manque (surtout pas la couleur ; le noir et blanc colle à l'histoire), et tout est réussi : le découpage, la narration, les plans, l'histoire, les dessins, le texte,...Cyril Pedrosa est un génie du 9ème Art et cet album entre directement dans le top 10 de mes livres préférés.

Hotel étrange - Hiver au printemps (tome 1)


Auteur : Florian Ferrier
Illustrateur : Katerine Ferrier
Editeur : sarbacane
Date de parution : 2010
Âge : 8 ans
c
Hotel_trange C'est la couverture du tome 2 qui est aussi très bien !!!

C'est l'hiver à Hôtel étrange.
Marietta, Kaki et Monsieur Léclair sont réveillés par la sonnette.
"Les clients sont arrivés trop tôt" pense Marietta.
Mais ils se rendent vite compte que c'est bien aujourd'hui que l'hôtel doit ouvrir. "Monsieur Printemps n'est pas passé?"
"Il faut aller voir Monsieur Hiver pour voir si c'est lui qui l'a kidnappé", disent Maretta et Kaki.
Il vont donc chercher Monsieur Printemps avec leurs amis!!!
Un livre très intéressant.
Dès qu'on se plonge dans la lecture,on n'en sort plus!
Les illustrations au début étonnantes, sont très originales.
                            

Lydie

Auteur : Zidrou
Illustrateur : Jordi Lafebre
Editeur : Dargaud
Date de parution : 2010
Age : De 7 à 107 ans


Lydie

La sortie de ''La peau de l'ours'' du même Zidrou m'a fait penser à cet album, sorti il y a deux ans, et qui doit se classer parmi les ''must have'' des bandes dessinées.
Lydie, c'est une petite fille pas comme les autres, un bébé mort-né qui continue à vivre dans l'imagination de sa maman, Camille, qu'une telle perte a rendu...folle ? Ce n'est pas le mot qu'on veut utiliser, trop péjoratif....disons plutôt que perdre la raison est le moyen qu'elle a trouvé pour survivre, voilà tout. Le début de l'album est très sombre mais il s'éclaire à partir de la page 25, grâce à la doyenne du quartier, une madame Paris qui rentre dans le jeu de Camille et emporte tout le monde dans cette folie douce. Une façon pour les Moustachus (les gens du quartier, vous verrez en lisant pourquoi ils portent ce nom) d'être solidaires, d'entourer Camille et papa Tchou-Tchou de leur affection sans affliction.
C'est un album merveilleux, pas seulement grâce à l'histoire mais aussi grâce à la beauté des dessins. Les plans sont parfaits, les tronches des gens sont fabuleuses, on ne veut pas sortir de l'impasse du bébé....et merde au baron Van Dick !